Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mars 25, 2012

En vers - manqués - de l'Amour ...

Retournes moi mon amour, j’ai toujours regardé ce qu’il ne fallait pas.

 

Retournes moi mon amour, laisses moi contempler ce monde si nouveau pour moi.

 

Retournes moi mon amour, ne me laisses plus jamais fermer les yeux.

 

Je me veux deux bouts ouverts, reculant encore et encore ces points vers l’infiniment merveilleux.

 

L’être qui ne le veut plus en cet état mais devenir tout, incommensurablement.

Les sensations qui affluent me découvrent pantoise, inopinément.

 

Le sentiment incroyablement puissant que l’incompressible est là, s’immisçant toujours plus profond.

Accepter, nonobstant passé à foi et lois, que celui là est la plus grande souffrance dans l’absence.

 

Avouer que la folie ici bas, serait sans toi, assurément.

Reconnaître humblement, enfin, n’avoir jamais voulu autre chose qu’appartenir, totalement.

 

Laisser résolument s’échapper les faux semblants simulés dans le médiocre banal de la cour des fats s’escrimant en show pitoyable, aux fins contestables.

 

Tirer dès lors la chasse sans vergogne et rompre tout de go cette pensée ténue d’un acquis plénier indubitablement fallacieux.

 

Oublier la petitesse et l’étroitesse, pour ne laisser que voie royale à l’admirable bacchanale lumineuse marquant, de son prodigieux rythme, tout de moi qui n’est qu’à toi.

 

Et vibrer …

Sentir …

Ressentir …

Dans l’un de l’autre …

Dans l’autre en un …

 

Cet amour de toi et moi.

 

 

-« Que veux tu ?

- Juste toi. »

 

 

Nb :  http://www.youtube.com/watch?v=bTYKQuZ9Nug

 

Commentaires

C’est en lisant votre texte que l’on ressent la force de l’amour et des sentiments. C’est en buvant vos mots que l’on devine la sensuelle ondulation des corps à l’approche de l’ultime beauté. Vous tissez la toile de votre texte d’une trame de volupté sans fin. Merci de ces grands moments merveilleux passés entre vos lignes …

Écrit par : Esum | mars 25, 2012

Il va de soi que la qualité première d'un écrivain est de réussir ce tour de force incroyable, de prendre son (ses) lecteur(s) par la main et de le (les) conduire de bout en bout de l'histoire racontée par ses soins. Mettre en cerise sur le gâteau, le petit côté plaisir et nous avons presque l'alchimie d'écriture parfaite...
Il va de soi que nous parlons d'écrivain, je ne suis qu'une espèce bizarre de dresseuse de mots.
Merci à vous en tout cas, les compliments, il est vrai, c'est toujours bien agréable ...

Écrit par : Pascale | mars 26, 2012

Des compliments agréables, non. En aucunes façon, mais plutôt l'éloge d'une dresseuse de mots qui nous pose une cerise aux saveurs suaves et épicé sur un gâteau subtil né d'une étrange et rare alchimie, mitonné comme une symphonie montant crescendo qui sans limite au fil des mots toujours, nous emporte au plus haut des sommets de la beauté. Dans cette spirale endiablée, vous nous entrainez dans les pas d'une milonga sensuelle et cadencée. Merci toujours...

Écrit par : Esum | mars 26, 2012

Les commentaires sont fermés.