Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

novembre 11, 2017

Échappée

Mon cœur languissant, ne se calma qu'à la vue des bateaux s'éloignant toujours plus, toutes voiles dehors, gonflées du plaisir d'encore des souffles coquins mêlés d'embruns.

Et mon âme apaisée s'attacha à dompter le nuage et le chevaucher jusqu'à cet équipage pour découvrir au plus près le magnifique tumulte s'engouffrant dans la toile tendue, n'aspirant qu'au plus loin.

Sentir alors, l'inéluctable soubresaut faisant dresser fier, frêle esquif et voile dissipée dans un improbable ballet.

Ah mon doux ami que de vous savoir loin me berce dans d'étranges dispositions!

rochelle06102017-6.jpg

septembre 09, 2017

Blues bouh ouh!

Si l'on devait vivre comme l'on s'enterre, la grise mine serait de mise et d'après ce que j'en vois, en posant mes yeux de ci, de là, fichtre, c'est ainsi.

Choisirez vous toujours l'éclipsé au grand jour illuminé de soleil ?

Ou encore ferez vous à la mode de l'autruche, laissant votre joufflu en l'air, à la merci ?

Bougez vous, osez, il est temps de découvrir "merveilles"  !

 


juin 25, 2017

Blues du 25 à 20h

L'impératif, que je ne maîtrise pas, me conduit à oublier l'incontournable légèreté de n'être qu'invariable quand en premier groupe, il vient se fourrer.

Il me laisse toujours chancelante de ce désir de plus, de ce « s » qui ne sait poindre et qu'il me faut, inexorablement, oublier.

Accepter la singularité du singulier coller en familier...

Ah bourdon quand tu me tiens, que lasse je suis de cette putain de vie !

Viens, déguise moi en abeille que je m'en butine et cède à l'ivresse, gorgée de précieux nectar !

Bien sûr, il me faudra encore reconnaître la chance d'une vie sans fard.

Ma destinée, celle de la sotte que je suis.

MI-24062017.jpg