Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

octobre 14, 2012

En libre éveillée d'amour...

Je m’étais pourtant bien faite à l’idée que je n’aimerai jamais.

 

Résolue, à vraie dire, à accepter que je faisais partie de ces gens qui ne peuvent approcher ce sentiment si beau, comme si une punition passée continuait à sévir dans le présent et pour longtemps.

 

Il faut bien avouer que je m’étais toujours bien moquée de ces amoureux magnifiquement transis puisque je ne ressentais pas cette merveilleuse plénitude exponentielle lorsqu’un garçon venait à passer, un picotement léger au plus ; tandis que je me plaisais déjà à raconter ces histoires de filles heureuses élues au pays resplendissant de l’Amour.

Je prenais, dans mes mots, ce sentiment incroyable et je le distribuais sans férir à ces filles aussi rousses que moi souvent, qui s’épanouissaient alors en merveilleusement beau pour des lignes et des lignes.

A soupirer d’aise en apaisée jusqu’à la fin des chapitres, des suites, des temps ou presque.

Cependant, là, au chaud de mon cœur, rien.

Pas le moindre petit éclat.

Etais je triste pour autant ?

Non.

L’homme, à qui j’avais dit oui car plus picotée par ce qu’il était à un temps T, m’avait permise d’avoir mes enfants me révélant mon amour indicible de maman, me rassurant quelque part, sur ma capacité à aimer vraiment.

Lui parti, je restais une mère exemplaire, mais une femme sans cœur, éblouissante de pseudo-liberté, audacieuse de solitude.

 

Alors, comme on le dit souvent, on se fait à tout.

Cependant, il est honnête de reconnaître que même si l’on s’en fout, ça pique un peu quelque fois, quand son lit est si froid et que son cœur frissonne sous un soleil de plomb.

 

Et puis, un jour sans crier gare, ce sentiment là vous fait le coup foudroyant du pied de cœur à faire rougir le nez, et le reste, et pupiller allègrement en joliesse des plus excessives.

Celui là qui vous attrape par surprise et vous fait découvrir que l’amour au bout du compte, ça fait un mal terrible, une souffrance abominable.

Pas de demie mesure !

Tout est en puissance infiniment grande, à se demander finalement comment un si petit cœur peut survivre, à s’interroger également, sur le mode mini et éco de sa vie passée, sans jamais s’en rendre compte.

Tout ce que je peux avancer aujourd’hui, c’est que je ne me suis jamais sentie aussi libre qu’en ayant ce sentiment de lui appartenir, que je vacille dès que je le sens loin de moi, réalisant la vacuité de ce monde sans lui, que la mort serait sans aucun doute plus douce qu’une vie éternelle sans lui.

Je comprends l’excessif, je modélise l’infini des possibles.

Vanité ?

Je le crois car ma punition est bien là : je l’aime, je le sens, je le vois ; cependant, il ne sera jamais à moi.

Je ne suis qu’une Shéhérazade, celle qui doit raconter sans cesse pour gagner le temps d’aimer.

Il ne me reste plus qu’à mourir bien vite ou me réveiller sans attendre si d’aventure, je dormais encore sur un sujet à explorer.

C’est ce que je préfère en fait, travailler en dormant.

C’est pour cela que j’ai accepté de participer à cette étude, il parait que je suis douée pour envisager tous les futurs potentiels en un temps record sur un sujet donné lorsque je dors à poings fermés.

 

A me demander, seule au milieu de la foule ou en douces vibrations avec lui, si je ne rêve ma vie depuis, en gardant certes, chevillée au corps, cette douce liberté inédite délicieuse.

 

 

 

- « Que veux tu ?

-  Uniquement toi. »

juin 10, 2012

Une histoire d'été ou presque ...

Une histoire d’été commence toujours sous un soleil bienheureux et resplendissant.

Je me disais, morte de peur, en montant dans l’avion qui m’emmenait là bas où je retrouverai cet état curieux de vacancière déguisée, qu’il ne pouvait en être autrement.

 

C’est sous la pluie que je fus cueillie cet après midi là en posant le pied sur l’île si bien surnommée.

Ce fut comme un déclic.

 

Il fallait que j’arrête d’être la rêveuse incorrigible que je suis et de me dire résolument que je n’étais là que pour finir enfin, cette histoire.

Une autre partie de moi, quatre vingt dix neuf virgule neuf pour cent à vrai dire, espérait le rencontrer à l’improviste, en rendez vous d’amour inopiné sous soleil doux et mouillé d’une rivière abritée protégeant un moment de vibration si intense que mon cœur déjà baigné dans cet amour y serait à jamais encore plus profondément scellé.

 

Imagination quand tu me tiens…

 

Une femme dynamique d’une splendeur à peine croyable s’approcha de moi, s’enquérant de mon identité.

Je souris alors en pensant à Maximilien, mon éditeur, qui s’employait vraiment à ce que ces pseudos vacances soient certes reposantes mais efficaces pour la fin de mon dernier livre qui n’en finissait plus de ne pas vouloir porter le mot fin.

L’histoire m’échappait.

Je n’y pouvais rien, même Petit Crayon était perplexe.

 

Je ne pensais qu’à lui.

 

Si quelqu’un me répète encore que l’amour ne dure jamais, que c’est comme un feu de paille et que cette intensité des premiers moments ne demeure jamais, je le cloue au pilori que je trouverai bien à ce moment là.

 

C’était bien là le dilemme ; comment écrire une histoire d’amour tragique, quand mon cœur et tout mon être ne sont qu’amour pour lui ?

D’accord, la littérature est remplie d’histoires de la sorte, une de plus ou de moins, ou encore, je pourrais très bien m’en inspirer.

Cependant, ça serait flouer et je ne peux le tolérer.

Une commande s’honore, une parole se tient ; je ne sais déroger à une promesse déclarée.

 

Et tandis que Sabrina me conduisait loin des tumultes de la côte pour le calme tranquille et doux de la montagne, dans une maison que l’on m’avait décrite agréable et chaleureuse, je laissais mon esprit vagabonder jusqu’à lui.

Où était il?

Que faisait il ?

Est ce qu’il pensait un peu à moi ?

Ce foutu portable ne passait pas, mais où était le réseau ?

J’étais la plus frustrée des femmes.

La plus idiote aussi, je crois, car après tout si j’écoute juste mon cœur, je sais bien ce qu’il en est.

Comment l’amour peut il me rendre aussi bête quelque fois ?

Peut être qu’après tout, c’est ce que je suis réellement ; je ne le sais pas, c’est tout et le découvrir, bah, ça n’est pas plaisant …

 

De toute manière, je comptais quelque part sur l’effet qu’avait ce lieu sur moi.

Ici, je me sentais différente : mes sens me semblaient plus développés, mon esprit plus alerte, ma perception de tout ce qui m’était extérieur, plus limpide.

Je ne pouvais l’expliquer.

Sachant par conséquent, qu’une meilleure écoute de tout ce qui m’entoure me permettrait sûrement de m’oublier, j’avais expressément souhaité ici au grand désarroi de Max, qui était aussi mon ami et qui savait la souffrance liée à ce paradis.

Les vieux démons surgiraient grimaçants, me montrant encore et encore tous ces moments les plus noirs de mon existence, ceux où je n’avais pas pu la sauver.

Se répéter sans cesse que l’on ne peut sauver quelqu’un qui ne veut pas l’être, ça aide sans doute, ou encore, que l’on n'était qu’une enfant et qu’il s’agissait d’une adulte…

Pourtant, la douleur est là, omniprésente en vous saignant le cœur à blanc pour longtemps.

 

Il fallait terminer ce qui avait été commencé.

 

La maison me plut tout de suite.

Sabrina était ma « majordame » .

Ca me semblait décalé.

Néanmoins, il en fallait une à la sale enfant gâtée que j’étais quand j’écrivais. Rien d’autre n’avait d’importance.

J’en oubliais la vie quand les mots dévalaient à tout rompre sur le papier.

Il fallait donc un lien avec le réel pour y rester, me sortir de cette drôle de torpeur en fait.

Mon amour était celui là aussi cependant, je ne devais pas y penser, alors …

 

Ainsi que je l’avais escompté les heures qui se présentèrent furent fécondes et je réussis à boucler mon histoire cinq jours seulement après mon arrivée, pour le plus grand étonnement de ma compagne de mission.

Elle avait déjà exercé plusieurs fois ce type de travail, à croire que les écrivains sont tous ou presque, des bizarreries d’espèce à part, et les villégiatures duraient en général, au minimum, un à deux mois.

 

Il me fallait pourtant attendre encore le verdict de Max qui s’était envolé pour l’Islande et qui ne donnerait de ses nouvelles que dans soixante douze heures.

J’avais de ce fait du temps à tuer et l’esprit à nouveau, déverrouillé.

Ma première pensée fut évidemment pour lui et priorité donc, d’ouvrir derechef mon portable, de me connecter via le net aux mails arrivés peut être.

Bah non …

Ca ne fonctionnait pas.

Le réseau ici, était capricieux !

C’était un jour ainsi, un jour à caprices.

 

Trouver un endroit où il l’était moins me semblait impératif et judicieux.

Sabrina était sortie au ravitaillement sans doute, il me fallait par conséquent, attendre ou partir en promenade, une randonnée sauvage.

 

Maintenant que j’y pense, je sais que c’était une mauvaise idée parce que je ne connaissais pas le coin, je n’avais même pas de carte …

 

Je laissais un mot en ayant pris soin de préparer un petit sac léger pour promenade improvisée.

Je me suis posée sur le chemin en me demandant si je partais à droite ou à gauche, j’ai fermé les yeux et avancé …

 

Quand trois heures plus tard, j’ai eu l’impression de rouvrir les yeux, je pouvais me déclarer « fille perdue dans la montagne » .

Là, le réseau n’était pas capricieux, il était inexistant !

 

Je ne suis pas d’une nature à paniquer pour moi, pour les autres, par contre, oui.

Je me mets dans des états épouvantables de peur horrible.

Pour moi ?

Dans une situation comme celle là ?

Rien.

Le soleil ne se coucherait pas tout de suite, c’était un après midi radieux.

Je n’avais plus qu’à rebrousser chemin après m’être restaurée un brin de ma barre de céréales.

C’est ce que je me disais bien sûr avant de me retourner et de constater après avoir pivoté, l’inextricable.

Je me suis demandée alors, comment j’avais fait pour être passée par là sans accroc d’aucune sorte.

Ca n’était pas vraiment possible donc, je fermais les yeux à nouveau en me disant que de toute façon, ça avait déjà fonctionné auparavant...

 

Deux heures plus tard, au sortir d’une hébétude déjà éprouvée précédemment, je me trouvais face à une espèce d’entrée conduisant à une maison.

 

Et non, elle n’était pas en pain d’épices…C’est toujours mon imagination qui rapplique au galop… J’écris des histoires, il ne faudrait pas l’oublier.

 

Quoiqu’il en soit, c’était une maison qui semblait abandonnée vue d’ici, elle me paressait triste comme si quelque chose n’allait pas et qu’il fallait réparer tout ça.

 

Imagination quand tu me tiens …

 

Je me décidais à aller voir de plus prés et de toute façon, au vue de l’heure, du réseau absent, je n’avais pas beaucoup d’option dans le genre : « lieu à l’abri de tout ce qui peut bien traîner la nuit dans la montagne éclairée par une lune presque ronde et accompagnée d’étoiles » .

 

Par contre, je dois dire que c’est un spectacle magnifique, les couleurs sont splendides.

C’est ce que je me suis dit bien plus tard, vissée dans le fauteuil que j’avais sorti pour contempler tout ça.

Mais, nous n’en sommes pas là.

 

Il était à peu près dix neuf heures.

J’imaginais Sabrina dans tous ses états, bien que j’avais un peu de mal à l’envisager ainsi. Elle me semblait sortie d’un film à la 007, prête à gérer tout et n’importe quoi en ayant toujours une french manucure impeccable.

Je souriais à cette idée.

 

Plus je m’approchais de la maison et plus cette impression de tristesse se répandait.

Il y avait un petit ruisseau qui se plaignait au lieu de chanter doucement l’eau qui s’écoule en sautillant de ci, de là sur les pierres posées comme ça.

 

Ensuite, je me souviens de mes deux pieds dans l’eau que j’avais trouvé bien froide, ramasser un drôle d’objet car c’était l’idée en le découvrant, puis d’insérer celui ci au milieu de l’âtre dans la cheminée placée au centre de la maison constituée d’une pièce unique où s’entassaient des objets hétéroclites, bizarroïdes en fait, pour un tel lieu.

Ce qu’il se passa ensuite, j’ai oublié.

 

Il me semble avoir ouvert une espèce de trappe sur un escalier qui descendait bien en dessous de la maison, avoir accédé à une pièce glacée où je ne faisais que pleurer, incapable de retenir mes larmes.

Il y avait une femme très belle couchée là, avec deux médaillons posés sur ses yeux, les mains jointes sur son ventre transpercés par une curieuse épée de verre.

Il fallait que je l’enlève et que j’y place le troisième médaillon que je n’avais toujours pas vu.

Il est apparu en fait, quand je me suis penchée sur elle et que mes larmes ont baigné ceux installés sur ses yeux.

Je ressens encore la douce chaleur, le bonheur immense qui ont inondé cet endroit quand elle était debout devant moi.

Sourire.

Je me rappelle sourire et être au milieu de la maison devant un poêle tout poussiéreux à penser qu’heureusement ça n’est pas l’hiver et que je n’ai pas à savoir comment le faire fonctionner, découvrir que la nuit est bien là et que sortir ce vieux fauteuil pour contempler la voûte céleste est ce que j’ai de mieux à faire.

 

Je me suis réveillée endolorie d’avoir dormi avachie en plein air sur une assise défoncée, caressée par un soleil bienveillant.

En m’étirant, mon regard s’est porté sur les carreaux de la maison.

Il y avait là des nuages qui se reflétaient.

Non, il y avait en fait, un couple enlacé qui me saluait et qui disparut dans un baiser passionné.

 

Soupir.

 

Imagination, quand tu me tiens.

 

En tout cas, sous les rayons radieux, l’endroit respirait la douceur et le bien être, le ruisseau gazouillait et je me sentais incroyablement bien.

C’est là que mon portable vibra.

C’était lui.

 

 

- «Que veux tu ?

-   Juste toi. »

 

 

Nb : Bon, je vous passe le passage où je me fais houspiller vertement par Sabrina, ensuite, par Max. d’avoir disparue comme ça.

Moi, je n’avais qu’une idée en tête, le retrouver lui, mon amour, et de ne plus jamais le quitter.