Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

novembre 07, 2010

Used to be or not ?

Je t’aime, tu m’aimes, il ne t’aime pas, elle ne t’aime plus, vous vous aimez entre deux, nous nous aimons pour toujours, ils s’aiment passionnément, elles s’aiment à corps perdus…

  

Vous souvenez vous de votre « je t’aime » ?

 

De celui là qui vous tient l’âme chevillée au ciel,

De celui là que vous gardez dans un écrin du plus bel ouvrage,

De celui là qui fait vibrer votre corps dans la plus exquise mélodie,

De celui là qui rend vos silences plus bruyants que mille feux d'artifices,

De celui là que vous ne pouvez oublier parce qu’il est éclatant de pureté ?

 

« je t’aime » , ces trois petits mots qui ont arrêté de faire battre votre cœur à leur écoute et tambouriner de plus belle en cavalcade insensée en reprenant également tout à coup conscience, qu’il vous fallait aussi de l’air pour respirer.

 

Vous souvenez vous de sa douceur ?

Vous souvenez vous de sa beauté ?

Vous souvenez vous de sa majesté ?

 

Il me plait à penser que c’est un moment privilégié, un de ceux que l’on ne peut oublier car si cela était, peut être qu’alors cela signifierait que l’on a cessé d’aimer celui ou celle pour qui ces mots étaient murmurés en fièvre ou criés en volupté, entendus en toute déliciosité.

Et vous conviendrez que cela serait si triste que bien sûr, l’on aurait envie d’effacer un tel souvenir.

 

Alors aujourd’hui si cela vous est possible et ne vous ennuie pas le moins du monde, je vous demanderai simplement de vous remémorer où vous avez rangé le votre, de le sortir et de le regarder, vous savez à la manière de ce jouet préféré que vous redécouvrez soudainement alors que vous pensiez l’avoir perdu à jamais…

 

Il est tellement inutile de laisser la joliesse, passer et faner.

 

Et moi ?

Le mien ?

Petits curieux…

 

Infiniment précieux comme lui et moi et c’est pour cela que seul un « chut » sera ajouté.

Nan mé ...

 

 

-« Que veux tu ?

 - Juste toi. »

Les commentaires sont fermés.