Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

août 15, 2010

Lettre de petit crayon ...

Enfin carte postale, plutôt…

 

Il avait choisi une vue assez grande entre mer et montagne et le timbre en forme de cœur la fit sourire.

 

 

Chère toi, (il paraît que l’on doit commencer par « cher » et le prénom ou la civilité ou … Ah, je vais rayer et mettre un truc autorisé aussi, c’est lui qui me l’a dit).

 

Coucou !

(voilà)

Je n’aurai jamais imaginé qu’il fasse si chaud, cependant, je vais bien.

Il est très attentionné et j’ai tout ce qu’il m’est nécessaire.

Je découvre de nouvelles activités, en spectateur tout du moins.

Toutefois, je suis en première ligne en toute sécurité toujours, rassures toi, et ainsi, je peux tout voir.

C’est absolument magnifique !

Je te raconterai tout !

Tu me manques fort et j’ai bien hâte au retour.

Je t’embrasse

Ps : I love you

 

Nb : c’est ma première carte postale, j’avais envie d’essayer le “ps” !

Ton tout dévoué petit crayon.

 

 

Quel chenapan celui là !

Cependant, elle était émue de cette attention si touchante et ne pouvait s’empêcher de sourire en imaginant son retour, bavard comme il était, il lui rapporterait ces jours passés par le menu détail !

Son attention fut attirée par le cachet de La Poste, 23 août 2014 … Reconnut le drôle d’éblouissement, pensa « zut » et tout bascula …

 

-« N’oublies pas de prendre les cartes postales, j’attrape un chapeau et je t’accompagne ! »

Elle descendit prestement les escaliers le sourire aux lèvres, passa devant le miroir et ajusta son couvre chef, le journal posé sur le guéridon était du 18 août 2014…

Son cœur battait à tout rompre, elle le retrouvait enfin ; assurément, en toute bizarrerie car elle ne s’était jamais rendue dans le futur, ses missions ne concernaient que le passé à « réparer » ; elle se demandait, à vraie dire, son rôle avéré dans tous ces petits épisodes, pourtant liés.

Pourtant ici, quel était le pourquoi de ce bond en avant dans le temps ?

De plus, elle n’avait reçu aucun message, aucun signe de la part d' « Elle » .

Que lui est il encore passé par la tête, enfin, si « Elle » en avait une ?

Elle tentait de se rappeler, se souvint que la date du cachet avait attiré son attention. En revanche, elle ne s’en remémorait que l’année.

Le seul autre fait dont elle était certaine, c’était leurs retrouvailles, avec lui, l’homme qu’elle croisait sans cesse lors de ses missions confiées et à qui, elle le savait résolument maintenant, elle appartenait déjà ou pas encore ou presque selon les moments orchestrés par « Elle » ou pas... Fichtre de dieu ou diable ! …

Et c’est ce qu’il advint quand elle surgit précipitamment enjouée hors de la maison.

Il avait sorti les vélos et refermait la porte du garage.

Lorsqu’il la vit, son visage se fit plus radieux.

Il la cueillit d’un baiser quand elle s’élança vers lui.

-« Alors jolie rousse exquise, crois tu qu’il soit bien prudent de partir randonner en vélo vêtue d’une robe en mousseline blanche ? »

Elle souriait de plus belle, elle ne gardait aucun souvenir précis, juste des mots lui esquissant une impression de moments à venir…Là, elle se sentait heureuse comme jamais. Alors cette robe, blanche et en mousseline sans doute, c’était le cadet de ses soucis, d’ailleurs que voulait dire ce mot ?

Il la prit dans ses bras et la ramena à l’intérieur, après tout, ils ne seraient pas trop de deux afin de changer ce détail vestimentaire incongru pour la longue échappée prévue … Aujourd’hui ou plus tard, quoiqu’il en soit, c’était les vacances n’est ce pas ? …

 

- « Que veux tu ?

- Juste toi ».

Les commentaires sont fermés.