Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mai 22, 2010

Bisou s'en va en guerre, non lassé ...

Les bisous qui se glissent aux commissures de ta bouche sont joyeux et espiègles.

Ils s’égarent, s’éparpillent en toute désinvolte pétillance aux quatre coins de toi.

Bah oui, aujourd’hui, c’est décidé, ils seront tes explorateurs en joliesse alors que tu n’es que nonchalance, en lecture paresseuse, sur canapé.

Ils poursuivent leurs sautillés malicieux tantôt en appuyé, tantôt en léger en cheminé mine de rien, bien déterminé.

Après tout, tu leurs offres le plus merveilleux des buffets...

 

Tu lèves les yeux.

Tu souris.

Et tu retournes à ces pages que j’enverrai bien, en un geste un seul, s’alanguir en solitaire sur le coin du tapis.

 

Cependant, foi de bisous, il ne peut en être ainsi !

Nan, nan !

Ils ne baisseront pas leurs volutes en échappée toutes lascives et polissonnes s’appliquant à exister en parfaites agitatrices de ta peau tentatrice.

Nan mé !

 

Tu souris de plus belle.

 

Brusquement, ils n’y tiennent plus, ces petits coquins !

Ils fomentent des tortures en délices, suscitent les envies en enlèvements, excitent les tentations en ravissements, soulèvent les troubles en enchantements !

Ils aspirent subitement à devenir aventuriers de tes lèvres et s’en emparer sans autre forme de procès, en baisers sans peur et sans reproche.

Devenir « celui là » …

Le seul qui s’enhardit en téméraire à s’attarder, à établir le méticuleux siège pour s’enfoncer au final, au plus profond, au plus troublant en toute douce impunité.

Celui là, intrépide au prime abord, alors qu’il tremble de toute son audace de vouloir, en conquérant impétueux, s’emparer du butin si convoité.

Celui là, qui te trouble soudain et qui te susurre tout à coup que la bouche posée mérite toute ton attention.

Et, le baiser en toute hardiesse éclose découvre alors, émerveillé que tel est pris qui croyait prendre.

 

Tandis que les feuilles s’oublient en soupirant sur le canapé, nous glissons en un frisson exquis, sur le tapis…

 

- Que veux tu ?

- Juste toi.

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=R8OOWcsFj0U&feature=fvst

Les commentaires sont fermés.