Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

novembre 01, 2011

Halo ! Win encore... si si ...

Le réveil n’arrête pas d’avancer à toute allure alors que je ne sais toujours pas en quoi je vais me déguiser.

Qu’est ce que je déteste ces fêtes et encore plus celle çi où il faut, en plus, sortir en costumée d’Halloween !

 

Ca veut dire quoi en fait ?

Pour la plupart, c’est l’apothéose de l’affreux, de l’obscur révélés au grand jour.

Donc, croiser des zombies, vampires, loups garous ou autres fantaisies non humaines est monnaie courante ce jour là, cette nuit là.

Pour moi, c’est simplement la nuit où tous les êtres sont célébrés, vivants ou morts et lorsque la lune si prête en pleine, l’ouverture de cette fête à tous les mondes possibles, le plus joyeux des bordeliques chaos il va sans dire, car, à ce moment là, l’étrange poussé à son paroxysme est éclatant.

Ca permet d’ailleurs à quelques humains éveillés, en panne d’imagination, de créer par la suite, des films, des romans, des œuvres dont le péquin moyen se demande interloqué, « mais où vont ils chercher tout ça … » .

Enfin, pas que le péquin …

 

Bref.

Tout ça ne fait pas avancer mon choix.

Tant pis.

Je vais me déguiser en écrivain en mal d’inspiration qui se prend pour une people.

Zou, je me colle dans ma si jolie robe en soie rouge vertigineusement décolletée jusqu’au bas de mes reins, relève mes cheveux en chignon pas sage, me peinturlure la bouche d’un rouge écrasé, souligne mes yeux d’un noir charbonneux et me campe dans des stilettos noires et vernies.

C’est sûr, je suis fichtrement bien déguisée, je me reconnais à peine.

 

J’ai une heure de retard, c’est magnifique pour moi qui exige toujours la ponctualité pour tous, le retard me rendant malade…

Gagné !

 

-« Tu restes une heure et tu t’éclipses » , truc que je me jette avant de sortir du taxi qui me dépose.

Je la déteste déjà et n’aspire qu’à rentrer.

Il faut ajouter que pour couronner le tout, tu n’es pas là et je ne supporte vraiment pas de vivre sans toi.

Alors tant pis pour ceux là qui m’ont voulue pour cette soirée, pensant bien faire après tout, m’éviter d’être toute seule un soir de fête, qu’est ce que je suis mauvaise coucheuse !

Je me croise dans le miroir de l’entrée de mes hôtes et me surprends à sourire en rentrant dans la pièce qui respire la joliesse malgré tous les monstres, phénomènes dégoulinants de je ne sais quoi ou préfère ne pas savoir en fait, une ambiance bon enfant qui s’en fiche de s’empiffrer maintenant et du mal aux dents, voire au ventre qui viendra plus tard.

 

Allez d’accord, en mode « feel happy » pour une heure !

 

Tandis que je me réjouis enfin de pouvoir partir, je reste interloquée en tombant nez à nez avec la Machin Chose, « ma » Machin Chose.

 

Est ce que Petit Crayon a encore fait des siennes et vais je voir surgir tous mes personnages ou ai je bu un verre de trop de cocktail sans alcool aux fruits, une surdose de vitamines, un truc dans le genre mettant mes neurones à bas ?

 

Elle plante son regard dans le mien et je comprends qu’elle est là pour moi.

(hé hé)

(Pour l’effet sur-vitaminé)

Elle m’entraîne à l’écart dans le bureau de Paul, l’organisateur de tout ce tintamarre heureux.

Là, elle m’explique qu’elle sait l’imminence de la parution du texte que j’ai écrit pour cette fête d’Halloween et qu’il faut que je le change, exit l’histoire de l’amoureux transi de cœur sec qui devait se repaître d’un cœur pur à chaque 31 octobre pour survivre une année de plus dans l’idée de l’amour…

 

Ma Machin Chose est furibonde en fait, elle en a plus qu’assez que l’âme de la Terre, via les croyances anciennes, soit bafouée outre mesure pour satisfaire l’esprit étroit et concupiscent de l’humain en espèce quelconque d’égoïsme pur.

Celui là qui se rappelle seulement de ce qui peut accroître ses petites affaires, doit il pour cela tuer n’importe quoi : idées, Histoire, êtres, terre, ciel, galaxie…

La prochaine pleine lune en 2039, en 31 octobre à 22 heures 17, sera le théâtre de la grande scène de la grande fin de l’espèce d’humains débiles devenus.

Si d’ici là, bien entendu, les autres peuples des univers voisins n’ont pas trouvé un moyen pour ouvrir toutes les portes plus tôt.

Car tout le monde, tous les mondes en ont marre de nous et de nos mesquineries vilaines en très gros débordant largement de leur cadre, mettant en péril l’équilibre de tout ce qui est, même si, il existe plusieurs Machin Chose pour pallier aux dérives de ces écarts.

Cependant, certaines d’entre elles ont disparu sous le joug d’humains à grosses têtes jouant au divin-tyran.

Celles qui demeurent, deviennent de plus en plus excédées et utilisent désormais les armes dont elles disposent, pour riposter, pour se défendre.

Toutefois, le danger qu’elles attaquent les premières est présent et d’actualité.

C’est cette nuit, celle d’Halloween, que cela est réalisable, elles ont la possibilité de régler le problème humain une bonne fois pour toute : extermination simple, à la manière des dinosaures.

 

C’est de ceci que m’entretient ma Machin Chose presque une heure durant.

 

Je me sens stupide dans ma robe people, pas du tout crédible pour me faire l’avocate de la défense ; pourtant, c’est ce que je m’attache à faire : défendre mes sœurs et mes frères d’espèce, démontrer le bon qu’il peut y avoir en elles, en eux quand ils ne se laissent pas manipuler par autre chose que leur cœur et leur raison.

L’Humain, bizarrement, étant capable de grandes choses dans l’adversité et l’horreur totales.

Ma Machin Chose reconnaît tout cela car après tout, elle est aussi ancienne que notre Terre et l’Histoire, notre Histoire, est sans tâche, sans gommage dans sa tête.

Alors oui, elle m’écoute et entend ce que je lui explique.

Elle part bien vite rejoindre toutes les autres, qui prennent déjà les armes, pour les convaincre de tout stopper.

 

Pendant ce temps, je rentre chez moi, passe sous la douche après l’avoir appelé, lui, dis ce que je n’avais jamais osé et mis au feu ma si jolie robe rouge.

Après tout, si je dois disparaître cette nuit, autant faire ce qui me semble juste et important : le retrouver et être avec lui, c’est la priorité.

Tandis que je me dépêche pour cela, ma Machin Chose apparaît en un claquement de doigts.

Elle a calmé ses congénères, l’espèce humaine a gagné une année de plus.

Ouf.

Néanmoins, elles ont pris une décision qui va nous coûter beaucoup : elles ne pallieront plus à nos écarts, elles laisseront les humains mourir en masse si il le faut, elles ne sauveront que la Terre et ses autres composants.

 

C’est terrible mais n’est ce pas dans l’adversité et l’horreur que nous montrons notre humanité en belle ?

Qu’attendons nous alors ?

 

 

-«  Pssssiitttttttt… PPSSSIIITTTTTT !

Je suis désolé de te réveiller mais je n’ai pas été cool avec toi.

Je t’ai fait boire un cocktail alcoolisé.

Je ne savais pas que tu t’endormirais aussi vite, sur le carrelage de la salle de bains en plus !

Je suis… » …

 

P. ! Ma robe !

Haie ! Ma tête !

Soupir (très gros) .

Fichue soirée.

 

 

-« Que veux tu ?

- Juste toi. »

 

 

 

Nb :  si besoin est de vouloir savoir de quoi l’on parle :

 

http://petitesfictionsdansmarealite.hautetfort.com/archive/2011/02/13/si-une-affabulation-vous-etait-contee.html

 

http://petitesfictionsdansmarealite.hautetfort.com/archive/2010/11/20/si-de-la-machin-chose-vous-etait-contee.html

Commentaires

Coucou

Ça fait un moment que je ne me suis pas promenée sur le chemin des mots.
Il est temps de lire ces découvertes étonnantes, je suis toujours très surprise d'y voir tant de talent, richesse et dextérité, des phrases qui s'enchaînent avec une richesse de mots offrants ce désir de découvrir sans cesse, des mots sachant plaire pour le plus grand plaisir, des pages qui touchent par l'expérience d'un don unique qui charme à l'infini !

Il serait temps que Petit Crayon découvre ces trésors...

Avec toute mon amitié, je t'embrasse bien fort !

Gabrielle qui ne t'oublie pas

Écrit par : Gabrielle | novembre 26, 2011

Tu es toujours aussi généreuse Gabrielle avec moi, bien trop ; merci, infiniment.
En petit service, puisque l'on rentre dans la semaine où il va en souffler une de plus, embrasse le pour moi.
Je t'embrasse tout aussi fort.
Et je n'oublie rien...

Écrit par : Pascale | décembre 04, 2011

Je passe et je lis de douces phrases hmmm toujours ces mots qui enivrent, qui accrochent, des mots qui dansent et taquinent, des mots mêlés qui enchantent le coeur, parfois si enjôleurs, ils invitent à d'innombrables sens, à chaque passage, je suis émerveillée !
Je suis plus qu'honorée d'être cette messagère qui livrera tes mots qui respirent l'amour, je les ferais parvenir à l'être cher, c'est si émouvant, cette âme saura sûrement trouver le chemin pour un remerciement en retour, son coeur sera comblé et ravi.
Compte sur moi, il le mérite tant.

Tu es tout aussi généreuse ma Pascale, je ne perdrais jamais ce beau chemin qui me mène à tes mots !

Je t'embrasse bien fort

Gabrielle

Écrit par : Gabrielle | décembre 05, 2011

Zou pour de la redondance avec rose aux joues :
tu es bien trop généreuse avec moi, Gabrielle, merci .
Le talent se niche ailleurs, c'est assurément ce qu'il faut retenir mais se faire plaisir, ça n'a pas de prix!
Merci d'avoir été ma messagère efficace d'anniversaire souhaité en bel:)
Je t'embrasse tout aussi fort

Écrit par : Pascale | décembre 11, 2011

Les commentaires sont fermés.